Femmes dans le digital : Témoignage d’Airbus

De gauche à droite, premier rang : Celia Frey, Karine Dehaese; second rang: Sandra Collomb, Catherine Jestin

Read the English version

Airbus, membre de l’INR, depuis 2019, est résolument engagé dans une démarche de numérique responsable. Cet engagement passe aussi par la parité au sein du service informatique d’Airbus. Catherine Jestin, Celia Frey, Sandra Collomb et Karine Dehaese, membres de de la direction du département informatique, partagent avec nous leurs actions en faveur de la parité, pour un numérique plus inclusif, éthique et responsable.

  • Pouvez-vous confirmer le pourcentage de parité femmes-hommes (près de 40 %) au sein de l’équipe dirigeante du département informatique d’Airbus ? Comment expliquez-vous ce résultat ? [Catherine]

Tout à fait, je le confirme. Mon équipe dirigeante est constituée de 4 femmes sur un total de 10 membres. 40 % représente donc le pourcentage exact. De manière plus générale, nous enregistrons 23 % de femmes au sein du département informatique et 26 % parmi nos cadres supérieurs informatiques. Ces chiffres sont le fruit du fort engagement d’Airbus en faveur de la diversité et de ma propre conviction du potentiel et des avantages que recèle le fait de travailler avec des équipes diversifiées, tant en termes de genre et nationalité que de formation universitaire, etc. Je pense que des équipes diversifiées et inclusives sont plus fortes et plus créatives, qu’elles se révèlent plus aptes à prendre des décisions et à résoudre des problèmes et sont en général plus performantes.

  • Comment le département informatique d’Airbus a-t-il abordé ce sujet pour obtenir pareil résultat ? [Sandra]

Pour y parvenir, nous ne nous limitons pas à envisager les activités de recrutement pour les postes actuellement vacants ni à veiller à ce que nos listes de présélection mentionnent des profils féminins appropriées, nous contribuons aussi activement à développer un vivier de femmes, en identifiant et promouvant des « role models », ainsi qu’en soutenant et en renforçant les initiatives visant à accroître la diversité.

  • Ce résultat du département informatique s’inscrit-il dans une démarche plus générale au sein d’Airbus ? [Catherine]

Depuis de nombreuses années, Airbus est une entreprise responsable et prend au sérieux son engagement à promouvoir un lieu de travail inclusif et sûr, garantissant ainsi un impact durable sur notre société, et nous continuons à le réaffirmer. En ce qui concerne l’équilibre entre les genres, nous sommes signataires de plusieurs engagements officiels, des Objectifs de développement durable (ODD), des Principes d’autonomisation des femmes, etc. pour lesquels nous, à Airbus, avons réitéré notre engagement à promouvoir un environnement plus inclusif en matière de diversité et d’inclusion des genres au sein de notre entreprise. Actuellement, les femmes représentent déjà 33 % du Conseil d’administration et 25 % du Comité exécutif, et elles occupent 14 % des postes de cadres et 16 % d’entre elles comptent parmi nos cadres supérieurs.

Airbus s’est également fixé comme objectif que 33 % des nouvelles recrues soient des femmes sur une base annuelle. Pour y parvenir, nous devons continuer à nous positionner comme un employeur attractif, l’employeur de choix pour les talents féminins, depuis le niveau d’entrée jusqu’au niveau senior management en passant par le niveau intermédiaire. Nous avons mis en place des programmes de développement du leadership spécifiques, destinés aux jeunes femmes, nous pratiquons des actions de parrainage, nous disposons d’un réseau ancré dans toutes les divisions.

  • Le fait qu’Airbus se soit engagé dans une démarche de numérique responsable, reconnue au niveau national et international, vous permet-il d’accroître la représentation des femmes au sein de votre personnel ? [Sandra]

Je crois fermement que le Développement durable est un sujet qui apporte une raison d’être à chacun d’entre nous, indépendamment du genre. Le fait d’adopter une vision et une ambition durables pour l’avenir de l’aviation est sans aucun doute un atout qui attire des personnes de tous horizons et favorise donc la diversification des équipes.

  • Selon vous, quelles sont les tendances au sein des organisations contre lesquelles nous devons encore lutter pour parvenir à la parité ? [Karine]

Les biais inconscients, les croyances culturelles et les stéréotypes ; les dirigeants des organisations ont eu, par le passé, tendance à recruter inconsciemment des personnes semblables à eux, avec pour conséquence une main-d’œuvre moins diversifiée. À Airbus, un module de formation obligatoire « Biais inconscients » a été déployé pour tous les employés en 2021 afin de briser ces stéréotypes sociaux qui se produisent en dehors de la conscience de la personne. En outre, Airbus a convenu en interne d’un objectif de diversité des genres visant à augmenter la représentation féminine parmi les cadres supérieurs de l’entreprise, et constitue activement un vivier robuste comprenant des programmes de leadership spécifiques destinées aux femmes. En externe, Airbus a mis en œuvre un certain nombre d’activités de sensibilisation, notamment pour les jeunes filles scolarisées, par le biais de programmes de parrainage et de tutorat. Les associations « Capital Filles » et « Elles Bougent » en sont des exemples. J’ai eu l’occasion de parrainer des étudiantes dans les écoles et à l’université en leur présentant mon parcours professionnel : J’ai apprécié de voir briller de petites étoiles dans leurs yeux.

  • Pourquoi les femmes sont-elles si peu représentées dans la « tech » en France ou en Europe ? Comment inciter les femmes à rejoindre les équipes Tech ? [Célia]

Voilà une question très complexe qui est le sujet de bon nombre d’articles et d’études. Je dois donc faire preuve d’humilité, je ne détiens pas la réponse absolue mais je peux seulement émettre quelques idées. Je pense qu’il s’agit d’une combinaison de différents facteurs : d’une part, les filles continuent d’être en sous-représentation dans les matières STEM au sein des établissements scolaires et, d’autre part, trop peu de « célébrités » et de « role models » féminins sont présents dans le domaine de la tech pour démontrer que ces carrières Tech sont accessibles. 

À Airbus, nous invitons des collégiennes et lycéennes à visiter nos installations et à rencontrer nos employées/ »role models » pour échanger avec elles sur leur expérience et comprendre comment nous pouvons les inciter à opter pour une carrière dans le secteur aéronautique, l’opération « Les Elles du Futur » en France en sont un exemple. Nous participons également à des salons et des conférences pour l’emploi visant à promouvoir les femmes dans l’industrie aéronautique et à briser les stéréotypes liés au genre, et nous sponsorisons un certain nombre d’associations externes : Elles Bougent (France), Feminisons les métiers de l’aero – Airemploi, (France) Capital Filles (France), WISE & WES (Women’s Engineering Society) (Royaume-Uni), IAWA International Conference, Everywoman (Royaume-Uni), Alta (Royaume-Uni), WIA (GE and FR), We are the Future in Tech (avec l’Unesco).